"Des héros venus d'ailleurs: Comment traduire pour l'enfance et la jeunesse ?", journée de formation du 11 mars 2016

On croit connaître les classiques de l’enfance. Mais sait-on que les membres du Club des cinq d’Enid Blyton ne sont pas les Claude/Claudine, François, Michel/Mick, Annie et le chien Dagobert familiers des lecteurs français, mais les jeunes Britanniques George/Georgina, Julian, Dick, Anne et le chien Timmy ? Qu’il a fallu attendre plus de trois quarts de siècle pour que toutes les Histoires comme ça de Kipling soient traduites en français, grâce à l’idée géniale de Pierre Gripari, célèbre auteur des Contes de la rue Broca, pour traduire le jeu de mots central de « Comment le chameau acquit sa bosse » ? Que les Quatre filles du Docteur March, de protestantes et filles de pasteur, sont devenues catholiques et filles de médecin lors de leur traversée de l’Atlantique ? Que seule une retraduction, réclamée avec insistance par certains universitaires, a su rendre justice au caractère effronté, subversif, voire anarchique de l’original suédois de Fifi Brindacier ?

Ce que l’on connaît, ce sont en fait les contreparties françaises, plus ou moins adaptées et transformées, de ces classiques et de ces personnages patrimoniaux, résultats de l’intervention sur le texte d’autres acteurs que l’auteur d’origine.

Cette journée se penchera sur ces problématiques : qu’est-ce qui change lorsqu’on traduit pour un enfant ? Les contraintes de la traduction sont-elles d’autant plus nombreuses que le lecteur est jeune ? De façon globale, la traduction pour la jeunesse a-t-elle évolué depuis l’émergence de cette littérature ?

 

Voir le descriptif complet : presentation_journee_livres_pour_la_jeunesse_en_traduction.pdf

Bulletin d'inscription : bulletin_dinscription_formations_2015-2016.doc